Commémoration du 8 mai

8maiDiscours prononcé par M. le Maire lors de la commémoration du 73ème anniversaire de la victoire du 8 mai 1945 :

Mesdames, Messieurs,

Merci à chacun de vous d’être ici pour que nous puissions tous ensemble saluer la mémoire des hommes et des femmes qui ont sacrifié leur vie pour notre patrie lors de la seconde guerre mondiale.

Comme je le fais chaque année, outre la reconnaissance que nous portons à nos morts, je rendrais hommage de la commune à la résistance. A ceux, à celles qui ont choisi de rester debout et se battre souvent au risque de leur vie pour défendre l’honneur du pays face au nazisme et par la même au fascisme.

Je choisis en alternance un homme et une femme depuis 2014. Ce sera, cette année, une femme et je souhaite à ce propos souligner que les historiens de la résistance, comme dans de nombreux autres domaines, ont longtemps occulté les femmes et leur engagement majeur dans la lutte contre l’occupant. A la libération les ouvrages sont nombreux, mais ils ne traitent uniquement de la résistance armée et du rôle prédominant des hommes sur ce terrain. Les femmes quant à elles ne récoltent que quelques allusions ; leur participation, pourtant déterminante est sous-estimée voire éclipsée. Seules quelques figures emblématiques susciteront un intérêt. Il faudra attendre les années 70 et les mouvements féministes pour que les résistantes sortent de l’ombre et que les historiens se penchent de plus en plus sérieusement sur l’action des femmes pour s’apercevoir clairement qu’une résistance massive, plus discrète mais tout aussi essentielle et risquée, a eu lieu.

Les motivations incitant les femmes à intégrer la résistance sont les mêmes que celles des hommes, refus de l’occupation, refus de la défaite, refus des mesures antisémites et répressives. Pour ces raisons, à l’âge de 19 ans, Denise JACOB, en 1943 entrera en résistance dans le réseau « Franc Tireur à Lyon » sous le nom de MIARKA où elle mènera diverses activités.

En juin 1944, elle quittera Lyon pour Annecy comme agent de liaison de l’armée secrète. Elle sera alors volontaire pour récupérer, pour le compte du maquis des plateaux des Glières, deux émetteurs et de l’argent. Pour récupérer ce matériel elle fera son trajet de 240 kms à vélo.

Après avoir récupéré le matériel c’est dans un taxi qu’elle se fera arrêter par un barrage de la Feldgendarmerie sur la route d’Aix les Bains le 19 juin 1944 et remise entre les mains de la Gestapo. Sous la torture elle ne parlera pas, elle n’a pas livré un seul nom alors que la vie de plusieurs résistants était entre ses mains dont celle du chef régional de la résistance qui aura tellement foi en elle que ni sa boîte aux lettres ni son surnom n’ont été changé.

Denise Jacob internée à Montluc puis du 4 au 14 juillet à Romainville avant d’être déportée au camp de Neue Bremm et transférée à Ravensbruck le 26 juillet 1944 où elle restera jusqu’au 2 mars 1945, date à laquelle elle sera déportée à Mauthausen avec 2000 femmes destinées à être exterminées dans un convoi « nuit et brouillard ». Le 21 avril 1945 une délégation de la croix rouge internationale arrive au camp de Mauthausen. Le responsable SS sentant le vent tourner laissera les camions blancs de la croix rouge récupérer les déportés qui, d’abord conduits en suisse, seront dirigés vers la Haute-Savoie c’est ainsi que Miarka Denise Jacob se retrouve à Annecy au moment où la guerre se termine.

C’est à Annecy, son lieu de résistance, qu’elle retrouve la liberté et ses amis qui lui apprendront que son père, sa mère et son jeune frère auront péri dans les camps et que ses deux sœurs rentrées d’Auschwitz sont vivantes dans un état épouvantable après avoir contracté le typhus. L’une de ses 2 sœurs se nomme Simone Jacob qui plus tard, après son mariage, portera le nom plus connu de Simone Veil.

Denise Jacob est décédée en 2013 sous le nom de Denise Jacob Verney. Elle était commandeur de la légion d’honneur, grand croix de l’ordre national du mérite, titulaire de la croix de guerre avec palmes et de la médaille de la résistance avec rosette.

Mesdames, Messieurs, chers amis,

Au-delà des mots, tous ces sacrifices doivent rester ineffaçables. Notre devoir est d’en transmettre inlassablement la mémoire ainsi que Denise Jacob Verney n’a cessé de le faire.

En cet instant, la ville de Saint-Léger-du-Bourg-Denis a l’immense honneur de rendre hommage à Denise Jacob Verney.

Merci pour votre écoute.

Mairie

829 Route de Lyons

02.35.08.40.60
02.35.08.14.80

Horaires d’ouverture :

Hors vacances scolaires : du lundi au vendredi, de 8h30 à 12h et de 13h à 17h. Permanence le 1er samedi du mois de 9h30 à 11h30.
Pendant les vacances scolaires : du lundi au vendredi, de 8h30 à 12h et de 13h à 17h, pas de permanence le samedi.

Permanence des élus le 1er samedi du mois de 9h30 à 11h30

Correspondance :
Boite postale 138
76163 Darnetal Cedex

 Nous contacter

Agenda

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14